Avec le soutien

Le gouvernement du social au Maroc : une perspective comparée
(Rabat, Ecole de gouvernance et d'économie, 17-19 décembre 2014)

1990, Abderrahim Yamou (terre et bois)


Au Maroc, la question du social est sur l’agenda politique et scientifique, depuis les années 2000, sous l’angle, principalement, du défaut d’Etat social et, plus récemment, des contestations et revendications sociales qui nécessiteraient, de façon urgente, la définition de politiques publiques adéquates. En s’émancipant de ces perspectives, on voit cependant apparaître dans le champ d’analyse des acteurs et des pratiques qui, de façon consciente ou non, contribuent à former le contour du social. L’ambition de la Troisième semaine de la recherche de l’EGE est d’intégrer cette dimension à part entière de l’analyse en entrant dans les méandres des manières de gouverner de tels enjeux de société.

A partir du thème du « gouvernement du social au Maroc en perspective comparée », nous nous proposons de faire dialoguer les travaux d’un groupe de jeunes chercheurs marocains qui, dans le cadre d’un programme de formation du Centre de Recherche Economie Société Culture (CRESC) de l’Université Mohamed VI Polytechnique (UM6P), ont travaillé sur ce thème pendant trois ans(1) et d’universitaires étrangers qui partagent ce questionnement à partir de terrains différents. Lire la suite...

PROGRAMME

  • Mercredi 17 décembre

    15h30-16h - OUVERTURE
    « Penser le gouvernement du social : d’une recherche collective à un débat comparatif »
    Par Irene Bono (Université de Turin, CRESC) et Béatrice Hibou (CNRS-CERI, CRESC)

    16h-18h00 - PROJECTION
    Projection et débat autour du film « Bouhdi » de Lamia Biaaz avec la participation de Leïla Bouasria.


    18h30-20h00 - CONFERENCE
    « Domestiquer les inégalités : enjeux gouvernementaux des politiques de régulation de l'emploi domestique en Argentine »
    Par Ania Tizziani (CONICET, Buenos Aires)

    Ce film est issu de recherches menées par Fadma Ait Mous, Leila Bouasria, Mériem Cheikh, Jamal Khalil, Amal Bousbaa, Touria Houssam, Hassan Rachik et Abdallah Zouhairi dans le cadre du Programme sur la Migration Internationale au Maroc (MIM) de l’AMERM et de la Fondation Population, Migration et Environnement (PME) de Zurich. L’accent a été mis sur la migration féminine autonome interne des femmes rurales vers la métropole casablancaise. L’expression « migration autonome » renvoie à la mobilité de femmes qui « partent seules », pour satisfaire des objectifs individuels – qu’ils soient matériels ou non. Il s’agit d’analyser leur profil, leurs motivations et les stratégies et ressources qu’elles mobilisent dans leurs itinéraires migratoires et une fois installées en ville. Les itinéraires migratoires de « mouhajirates » ont été restitués à travers un processus qui va de la prise de décision de migration jusqu’à sa concrétisation et son insertion à Casablanca en identifiant les différentes étapes de ce parcours, les réseaux relationnels et les ressources mobilisés, les contraintes et violences rencontrées à chaque étape.​

  • Jeudi 18 décembre

    9h30 – 11h30 - TABLE RONDE : « Le social sans politiques sociales »

    • « Gouverner par ‘moments’. La place du wali dans les transports urbains à Casablanca »
    Par Nadia Hachimi Alaoui (CRESC, Université d’Aix en Provence)

    • « En quête de sécurité religieuse. Officialisation et bureaucratisation du cultuel au Maroc »
    Par Mohamed Wazif (CRESC, Université Hassan II de Casablanca-CM2S)

    • « Le prix de la paix sociale dans le port de Casablanca. Le provisoire comme source de pouvoir »
    Par Redouane Garfaoui (CRESC, Université Hassan II de Casablanca)

    • « Le semsar marocain, défenseur du trône ? »
    Par Leila Bouasria (Université Hassan II de Casablanca-CM2S ; CRESC)

    Discutant : Etienne Smith (SciencesPo, Chaire Afrique UM6P)

    12h00 – 13h30 - CONFERENCE
    « Observer la ‘citoyenneté ordinaire’ : enjeux méthodologiques et théoriques »
    Par Catherine Neveu (CNRS- TRAM, EHESS Paris)

    15h00 – 17h30 - TABLE RONDE : « Interventions sociales et gouvernement de la société »

    • « Construire l’espace du social. Les multiples figures de l’intermédiation dans les maisons de jeunes à Casablanca »
    Par Yasmine Berriane (Université de Zurich, CRESC)

    • « Du gouvernement de la terre au gouvernement du territoire. Les coopératives ethno-lignagères dans l’Oriental »
    Par Ahmed Bendella (EGE, CRESC)

    • « Un musée pour gouverner la marginalité : conflits de patrimonialisation dans le Rif »
    Par Badiha Nahhass (CRESC, Targa-Rabat)

    • « Du blé au pain, que régule-t-on ? Le gouvernement des prix des biens de première nécessité »
    Par Valentine Schehl (CRESC, Université Paris I Sorbonne)

    Discutant : Massimo Cuono (Université de Turin)

    18h00 – 19h30 - CONFERENCE
    « Gouverner la société à Murano au XVIe siècle : du pouvoir de Venise à l’action politique des gens ordinaires »
    Par Claire Judde de Larivière (Université de Toulouse)
  • Vendredi 19 décembre

    10h00-13h00 - TABLE RONDE : « Moralité ou sécurité publique ? »

    • « Sécurité, communauté morale et autorité politique au Nigeria et en Afrique du Sud »
    Par Laurent Fourchard (FNSP-LAM, Bordeaux)

    • « L’AKP de Turquie, gouvernement du social et ordre public moral »
    Par Elise Massicard (CNRS, CERI/SciencesPo)

    • « Contester le social par le culturel. Sur quelques débats contradictoires de la modernité et de l'africanité à Dakar »
    Par Thomas Fouquet (IMAf, Paris)

    • « Que veut dire réformer dans l’urgence? L’exemple des politiques sociales au Maroc (1999-2014) »
    Par Saïd Hanchane (EGE-UM6P, Rabat)

Les Intervenants

Ahmed Bendella Ahmed Bendella
Ahmed Bendella

Ahmed Bendella

Ahmed Bendella est sociologue ; membre du CRESC, actuellement chargé de mission auprès de la direction de l’EGE-UM6P ; il prépare une thèse de doctorat sur les appropriations privatives des terres collectives au Maroc. Parmi ses publications, « Anthropologie du pluralisme juridique. L’exemple du Maroc » (2009).

Yasmine Berriane Yasmine Berriane
Yasmine Berriane

Yasmine Berriane

Yasmine Berriane est politologue, membre du CRESC, maitre assistante à l’Université de Zurich ; elle travaille sur l’engagement associatif et citoyen des femmes au Maroc. Parmi ses publications, Femmes, associations et politique à Casablanca (Centre Jacques Berque, 2013).

Irene Bono Irene Bono
Irene Bono

Irene Bono

Irene Bono est politologue ; maître de conférence à l’université de Turin et responsable scientifique du master COSM (Analyse comparée des sociétés méditerranéennes) de l’EGE-UM6P et de l’université de Turin ; à partir de l’Italie et surtout du Maroc, elle travaille sur la formation de l’Etat et les transformations des modes de gouvernement, et sur le gouvernement des inégalités. Parmi ses publications, « Comment devenir employable? Certifier l'exclusion, l'indifférence et la stigmatisation sur le marché du travail au Maroc » (2013).

Leila Bouasria

Leila Bouasria

Leila Bouasria est sociologue, professeur assistant à l’Université Hassan II de Casablanca ; membre du CRESC et du CM2S ; elle travaille sur l’emploi féminin au Maroc. Parmi ses publications, Les ouvrières marocaines en mouvement (L’Harmattan, 2013).

Massimo Cuono Massimo Cuono
Massimo Cuono

Massimo Cuono

Massimo Cuono est chercheur post-doc en philosophie politique à l’Université de Turin ; il travaille sur l’arbitraire dans l’exercice du pouvoir, le rational et le raisonnable en droit, la représentation et la gouvernabilité dans la théorie de la démocratie, et les formes contemporaines de paternalisme politique ; il coordonne la rédaction de la revue « Teoria politica » ; parmi ses publications : Decidere caso per caso. Figure del potere arbitrario (Marcial Pons, 2013) et « Bureaucratiser l'inégal, l'extraordinaire, le particulier. Paternalisme et dépolitisation à l'époque néolibérale » (2013).

Thomas Fouquet Thomas Fouquet
Thomas Fouquet

Thomas Fouquet

Thomas Fouquet est anthropologue ; chercheur affilié à l’IMAf (Institut des mondes africains), Paris ; membre du Joint African Studies Program (Columbia University/Université Paris 1-Panthéon Sorbonne) ; il consacre ses recherches aux dynamiques sociales et culturelles des jeunes citadins d’Afrique de l’ouest, à Dakar tout particulièrement. Parmi ses publications, « De la prostitution clandestine aux désirs de l'Ailleurs: une “ethnographie de l'extraversion” à Dakar » (2007).

Laurent Fourchard Laurent Fourchard
Laurent Fourchard

Laurent Fourchard

Laurent Fourchard est historien et politologue ; chercheur à la Fondation nationale des sciences politiques ; directeur adjoint du LAM (Les Afriques dans le monde, Bordeaux) ; directeur de la publication de la revue Politique africaine ; il travaille sur l’historicité des mobilisations violentes et les formes de régulation des violences quotidiennes au Nigéria et en Afrique du Sud et sur la généalogie des politiques d’exclusion de certaines catégories de la population. Parmi ses publications, sous sa direction et en collaboration avec Simon Bekker, Governing Cities in Africa : politics and policies (HSRC Press, 2013) et « The politics of mobilization for security in South African townships » (2011).

Redouane Garfaoui Redouane Garfaoui
Redouane Garfaoui

Redouane Garfaoui

Redouane Garfaoui est politologue ; membre du CRESC ; il prépare une thèse de doctorat à l’Université Hassan II de Casablanca sur les conflits dans le monde du travail au Maroc.

Saïd Hanchane Saïd Hanchane
Saïd Hanchane

Saïd Hanchane

Saïd Hanchane est économiste; professeur et responsable du master Economie à l’EGE-UM6P; directeur du centre LIA/CNRS, ancien directeur général de l’Instance nationale d’évaluation pour le secteur de l’éducation et directeur de la recherche à la banque centrale du Maroc; il travaille sur l’économie des inégalités, de l’éducation, du travail et plus généralement du développement.

Nadia Hachimi Alaoui Nadia Hachimi Alaoui
Nadia Hachimi Alaoui

Nadia Hachimi Alaoui

Nadia Hachimi Alaoui spécialiste d’économie politique, membre du CRESC, elle prépare une thèse de doctorat à l’Université d’Aix en Provence sur le wali comme acteur de gouvernement au Maroc. Elle est par ailleurs secrétaire scientifique de la Chaire Afrique de l’UM6P.

Béatrice Hibou Béatrice Hibou
Béatrice Hibou

Béatrice Hibou

Béatrice Hibou est spécialiste d’économie politique et de sociologie historique ; directrice de recherche au CNRS, CERI-SciencesPo Paris ; elle travaille sur les transformations des modes de gouvernement et de l’Etat à partir de terrains africains, maghrébins et sud-européens. Parmi ses publications, Anatomie politique de la domination (La Découverte, 2011) et La bureaucratisation du monde à l’ère néolibérale (La Découverte, 2012).

Claire Judde de Larivière Claire Judde de Larivière
Claire Judde de Larivière

Claire Judde de Larivière

Claire Judde de Larivière est historienne ; maître de conférences à l’université de Toulouse II et chercheur au Framespa ; elle travaille sur les formes et la nature des évolutions sociales et politiques à Venise entre le XVe siècle et le début du XVIIe siècle. Parmi ses publications, La révolte des boules de neige. Murano face à Venise, 1511 (Fayard, 2014).

Elise Massicard Elise Massicard
Elise Massicard

Elise Massicard

Elise Massicard est politologue ; chargée de recherche au CNRS, rattachée au CERI (Centre d’Etudes et de Recherches Internationales) de SciencesPo, Paris ; spécialiste de la Turquie, elle travaille sur les mobilisations, les pratiques de gouvernement et les politiques de l’identité et de la territorialité politique. Parmi ses publications, sous sa direction et en collaboration avec Benjamin Gourisse et Marc Aymes, L’Art de l’Etat en Turquie (Karthala, 2014).

Badiha Nahhass Badiha Nahhass
Badiha Nahhass

Badiha Nahhass

Badiha Nahhass est politologue ; membre du CRESC ; actuellement sociologue à Targa-Rabat ; elle travaille sur la mémoire et les dynamiques de patrimonialisation au Maroc, à partir du cas du Rif. Parmi ses publications, « Les Enjeux du Processus de Patrimonialisation au Rif » (2013).

Catherine Neveu Catherine Neveu
Catherine Neveu

Catherine Neveu

Catherine Neveu est anthropologue ; directrice de recherche au CNRS, rattachée au TRAM (Transformations Radicales des Mondes contemporains), Paris (EHESS) ; à partir de terrains en France et en Angleterre, elle travaille sur la citoyenneté ordinaire. Parmi ses publications, sous sa direction et en collaboration avec Marion Carrel, Citoyennetés ordinaires. Pour une approche renouvelée des pratiques citoyennes (Karthala, 2014).

Valentine Schehl Valentine Schehl
Valentine Schehl

Valentine Schehl

Valentine Schehl est politiologue ; membre du CRESC ; elle prépare une thèse de doctorat à l’Université Paris I Sorbonne sur la Caisse de compensation et la thématique de la vie chère au Maroc.

Etienne Smith Etienne Smith
Etienne Smith

Etienne Smith

Etienne Smith est docteur en science politique de Sciences Po Paris. Il a enseigné à Sciences Po et Columbia University (Committee on Global Thought, 2010-2012) et à partir du 1 janvier 2015, chercheur au sein de la Chaire Afrique de l’Université Mohamed VI Polytechnique. Ses travaux portent sur la formation de l’État, les imaginaires de la nation et la citoyenneté au Sénégal. Parmi ses publications, L’Afrique : histoire et défis (Ellipses, 2009).

Ania Tizziani Ania Tizziani
Ania Tizziani

Ania Tizziani

Ania Tizziani est sociologue ; chercheur du CONICET (Consejo Nacional de Investigaciones Científicas y Técnicas) à l’Universidad Nacional de General Sarmiento (Argentine) ; elle travaille sur le travail féminin, notamment sur le travail domestique, et sur les questions d’inégalités sociales en Amérique latine. Parmi ses publications, « Entre travail “formel” et “informel”: la législation du travail et sa mise en pratique dans le secteur de l'emploi domestique dans la ville de Buenos Aires » (2011).

Mohamed Wazif  Mohamed Wazif
Mohamed Wazif

Mohamed Wazif

Mohamed Wazif est sociologue ; membre du CRESC et du CM2S ; il prépare une thèse de doctorat à l’Université Hassan II de Casablanca sur les marchés du religieux à Casablanca. Parmi ses publications, « Abdelbari Zemzami, du minbar au parlement » (2009).

BIBLIOGRAPHIE

  • Thomas Fouquet, Les aventurières de la nuit dakaroise. Esquisses d’un art de la citadinité subalterne, in Les arts de la citoyenneté au Senegal, Karthala,
  • Thomas Fouquet, De la prostitution clandestine aux désirs de l’Ailleurs : une «ethnographie de l’extraversion » à Dakar, Politique africaine 107,2007
  • Thomas Fouquet, Compétences cosmopolites : sur quelques savoirs en jeu dans la prostitution clandestine et le mbaraan à Dakar,
  • Laurent Fourchard, A New Name for an Old Practice: Vigilantes in South- Western Nigeria, Africa 78, Cambridge, 2008
  • Laurent Fourchard, the politics of mobilization for security in south african townships, African Affairs, 2011
  • Saïd Hanchane, avec Benaabdelali W., Kamal A., Educational inequality in the world, 1950-2010: Estimates from a new dataset, Research on Economic Inequality, Volume 20, Emrald Books 2012.
  • Saïd Hanchane, avec Benaabdelali W., Kamal A., Les inégalités du Capital Humain au Maroc» « Education et insertion professionnelle en Méditerranée, Revue Maghreb-Machrek, de L’Institut de Recherche sur le Développement (IRD), France. N°211-2012.
  • Saïd Hanchane, avec Amina Benbiga et Nisrine Idir, L’évaluation des acquis scolaires au Maroc : nouvelles approches, Critique économique 2013, n° 30.
  • Claire Judde de Larivière,L’ordre contesté. Formes, objets et discours de l’action politique des gens ordinaires à Venise (XVème – XVIème), Studies in European urban history 33, Brepols publishers, 2014
  • Claire Judde de Larivière et Rosa M. Salzberg, Le peuple est la cité. L’idée de popolo et la condition des popolani à Venise (XVe-XVIe siècles), Annales HSS, octobre-décembre 2013, n° 4
  • Catherine Neveu, « E pur si muove ! », ou comment saisir empiriquement les processus de citoyenneté, Politix, volume 26 numéro 103, 2013
  • Catherine Neveu, Of ordinariness and citizenship processes, A paraître dans Citizenship Studies, 2015
  • Catherine Neveu et Marion Carrel (dir.), Citoyennetés ordinaries. Pour une approche renouvelée des pratiques citoyennes, Paris, Karthala, Collection Recherches Internationales, 2014
  • Elise Massicard, Une décennie de pouvoir AKP en Turquie : vers une reconfiguration des modes de gouvernement ?, les études du CERI, juillet 2014
  • Ania Tizziani, Débora Gorbán Inferiorization and deference: The construction of social hierarchies in the context of paid domestic labor, Women's Studies International Forum, janvier 2014
  • Ania Tizziani, Entre travail 'formel' et 'informel': la législation du travail et sa mise en pratique dans le secteur de l'emploi domestique à la ville de Buenos Aires, Le monde du travail, n° 9/19, printemps, 2011