L'Etat, l'ingénierie, le social.
Les techniques économiques dans l'histoire
(Rabat, Ecole de gouvernance et d'économie, 14-16 décembre 2016)

1990, Abderrahim Yamou (terre et bois)


De multiples appels au retour de l’Etat interventionniste se font actuellement entendre en Afrique, au nord comme au sud du Sahara : stratégies économiques volontaristes de développement des infrastructures, de développement agricole ou d’attraction des investissements étrangers ; retour des subventions à la consommation (dans le sillage des « émeutes de la faim » et des mouvements de lutte contre la vie chère) ; programmes d’emploi pour les jeunes chômeurs ; transferts monétaires aux « pauvres » ou « indigents »... Qu’ils soient mis en œuvre au nom de la « lutte contre la pauvreté », de l’« inclusion » ou de « l’émergence », ces programmes renouvellent les techniques employées pour piloter les politiques économiques et sociales. Les transferts sont alloués à des individus identifiés par des procédés de « ciblage » socioéconomique, tandis qu’à la demande de nombreux organismes internationaux, le financement des programmes de développement n’intervient désormais souvent qu’après des « expérimentations » sur des groupes cibles. Les politiques de développement, pilotées à travers des indicateurs de résultat, s’inscrivent en outre dans le paradigme du New Public Management, en traduisant les politiques en objectifs quantifiés qu’il convient d’atteindre. Lire la suite...

PROGRAMME

  • MERCREDI 14 DÉCEMBRE 2016

    DE 9H30 À 10H00 - INTRODUCTION GÉNÉRALE
    Béatrice Hibou, Boris Samuel et Saïd Hanchane


    DE 10H00 À 12H00 - PANEL 1 « Innovations de l’ingénierie économique et transformation des rapports sociopolitiques »
    Président : Pierre-Louis Mayaux
    Discussion : Nicolas Belorgey



    Ce panel sera consacré à la relation entre nouvelles techniques et émergence de nouvelles réalités sociales. Les innovations économiques et gestionnaires résultent du développement de travaux d’ingénierie qui, pour naître dans le monde des technocrates ou des experts n’en changent pas moins profondément les rapports sociaux et politiques. Ainsi, le développement des enquêtes auprès des ménages a, par exemple, transformé les modes de gouvernement et contribué à façonner les sujets politiques, en Afrique dans le colonialisme tardif, comme en Europe dès les années 1930. De même, l’utilisation des techniques de l’expérimentation aléatoire coïncide souvent avec le déploiement d’un nouvel Etat social, même si les politiques qu’elles engendrent sont souvent loin du récit idyllique qui est fait de leur efficacité. A l’inverse, les outils les plus sophistiquées résultent toujours de contextes sociaux et politiques singuliers, et sont enchâssés dans des mondes sociaux qui leur donnent sens bien que leur mise en œuvre soit aussi le produit d’événements particuliers et contingents.

    • Agnès Labrousse, « L'économiste en plombier: retour sur l'histoire des expérimentations aléatoires et sur une expérience marocaine »
    • Bérénice Bon, « Les nouvelles techniques de financement des infrastructures de transport par la vente du foncier, de l’Inde au Kenya »
    • Said Hanchane et Mustafa Ziroili, « Les innovations dans la mesure de l’informel au Maroc, et leurs effets »


    DE 12H00 À 13H00 - GRAND TÉMOIN « Une expérience de planification dans le Cameroun des années 1970-80 »
    par Fritz Eboko Ekoka
    Discussion : Boris Samuel




    DE 15H00 À 17H00 - PANEL 2 « L’Etat, la planification et l’histoire »
    Président : Béatrice Hibou
    Discussion : Didier Péclard



    Cette séquence se penchera sur la planification dans l’histoire et sa résilience contemporaine. En Afrique, au sein de l’Etat, les directions du « Plan » ont longtemps été de hauts lieux de l’économie politique du développement, jouant à la fois un rôle central dans la formulation des politiques économiques et sociales et dans les circuits d’accumulation – via la gestion de l’argent de l’aide et des « projets ». Alors que l’ère de la planification centralisée est bien révolue, la planification n’en continue pas moins à recouper une réalité sociale multiforme. Elle est remise au goût du jour au nom de l’«émergence » et du volontarisme en matière économique et sociale. Les répertoires et imaginaires auxquels elle donne lieu, notamment en référence au passé, peuplent en outre les scènes sociales et politiques : mémoires de l’Etat bienfaiteur, frustration de sa disparition, ou au contraire souvenir des échecs passés et de l’inefficacité des interventions étatiques orientent les demandes d'État et les contestations de divers ordres. Analyser les trajectoires historiques de la planification permet de saisir les significations et enjeux changeants qu’elle recouvre. L’analyse historique permet également de montrer que de nouvelles formes de planification peuvent faire émerger de nouveaux sujets politiques, ou de nouveaux types d’hommes.

    • Dominique Connan, « Vision 2030 et le rôle de la planification dépolitisante dans l’histoire longue des conflits sociaux et politiques du Kenya »
    • Nourredine El Aoufi, « La trajectoire de la planification au Maroc »
    • Alexis Roy, « Le premier plan quinquennal du Mali (1961-1965): socialisme, ruralité et désenchantement »


    DE 17H30 À 19H00 - SÉANCE DE PROJECTION ET DÉBAT SUR LE THÈME « Filmer l’économie »
    Par Vincent Gérard, cinéaste documentariste

  • JEUDI 15 DÉCEMBRE 2016

    DE 9H30 À 11H30 - PANEL 3 « Les Objectifs de Développement Durable, quoi de neuf ? »
    Président : François Enten
    Discussion : Pierre-Louis Mayaux



    L’objet de ce panel sera d’interroger les processus transnationaux qui animent les techniques de l’Etat économiste et ingénieur à travers l’analyse des objectifs de développement durable (ODD) qui sont venus, en 2015, prendre la suite des Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD). Depuis 2000, les OMD et la lutte contre la pauvreté ont induit un flot de chantiers de réformes et de transformation de l’Etat, notamment appuyés par les institutions internationales, agences des Nations Unies, OCDE et Banque Mondiale en tête. Ces chantiers ont entrainé l’emploi des procédés néolibéraux du new public management, en particulier incarnés en Afrique dans les procédés de la « gestion axée sur les résultats » ; mais ils ont aussi induit des appels au retour d’un Etat planificateur et à l’emploi de techniques volontaristes dont certaines peuvent rappeler l’ingénierie du développement employée dans les périodes de décolonisation et dans les décennies qui les ont suivies, parfois exportée par des pays du bloc soviétique.

    • Daniel Speiçh Chassé, « The Roots of the Millennium Development Goals: A Framework for Studying the History of Global Statistics »
    • Boris Samuel, « De l’ajustement structurel aux OMD et aux ODD : nouvelles formes et nouveaux usages de la planification en Afrique de l’Ouest »
    • Abdellatif Nihou, « Des OMD aux ODD dans la planification marocaine »
    DE 11H30 À 13H00 - CONFÉRENCE « Indicateurs et démocratie, justesse et justice des chiffres »
    Par Robert Salais
    Discussion : Mohamed Tozy





    DE 15H00 À 18H00 - PANEL 4 « Chiffres et inclusion sociales »
    Président : Robert Salais
    Discussion : Agnès Labrousse



    Les interventions de cette session centreront leur analyse sur les dynamiques de citoyenneté et d’inclusion sociale que les techniques quantitatives véhiculent avec elles. En comptant les citoyens, en mettant en nombre leurs pratiques économiques et sociales, en construisant les interventions et les politiques publiques sur ces statistiques, l’Etat peut inclure les citoyens par le biais de chiffres et de techniques. Ainsi le ciblage des politiques sociales entend resserrer les interventions étatiques sur des populations désignées comme prioritaires, dans la lutte contre la pauvreté, la distribution de prestations sociales, la mise au point de programme d’aménagements de l’espace… Ce mouvement est censé être opéré au nom du renforcement de l’efficacité de l’action étatique et s’inscrit aujourd’hui dans une logique liée à la nouvelle gestion publique. La transformation des politiques sociales liées à la promotion des techniques du ciblage ne génère pourtant pas seulement un renforcement de l’Etat social : elle engendre aussi de nouveaux rapports entre citoyens et Etats, de nouvelles formes de vulnérabilité, de nouveaux rapports de dépendance, et de nouvelles formes d’exclusion.

    • Said Hanchane, « La promotion du ciblage comme recherche d’une nouvelle forme de cohésion sociale au Maroc »
    • Raphael Cottin : « Les inégalités de soin au Maroc »
    • Nicolas Belorgey : « Le gouvernement des politiques hospitalières par les chiffres en France »
    • Alfred Inis Ndiaye : « Les enquêtes sociales au service de la lutte contre la pauvreté et les inégalités au Sénégal »
    • Ayache Khellaf : « Le système des retraites et la politique des chiffres au Maroc »
  • VENDREDI 16 DÉCEMBRE 2016

    DE 9H30 À 12H30 - PANEL 5 « Les temporalités des pratiques de l’économique »
    Président : Jean-François Bayart
    Discussion : Dominique Connan



    La dernière séance de la Semaine de la recherche sera consacrée à la question des temporalités composites dans lesquelles les actions étatiques s’inscrivent. Le temps court de la réponse à la conjoncture, voire le temps très court de la gestion financière, ainsi que les innovations qu’ils induisent, peuvent s’insérer dans les nappes des transformations sur la longue durée des modes d’intervention sur les économies. L’examen de différents contextes historiques rappelle que les techniques économiques (et leurs réformes) sont des sites de concaténation des durées. Souvent, les interventions de l’Etat semblent répondre à des rationalités clairement énoncées, le besoin de relancer une économie ou l’urgence de faire face aux besoins alimentaires des populations. Même le discours et la logique de l’urgence, lorsqu’ils entendent répondre à des besoins jugés vitaux pour des groupes de citoyens, sont socialement construits et révélateurs de rapports politiques historiquement ancrés entre citoyens et Etats. L’examen dans le temps de techniques répondant à des préoccupations uniformes (par exemple compter la population par des recensements) permet de mettre en exergue des évolutions et transformations longues, comme l’émergence d’une société capitaliste. Les techniques permettent aussi de caractériser des moments dans une trajectoire nationale, en reflétant les enjeux et modes de gouvernement propres à une situation politique, comme le révèlent les moments de « crise ».

    • Louise Barré, « Les modes changeants de comptage de la population comme témoin de la promotion du capitalisme dans le temps long en Côte d’Ivoire (1920/1970) »
    • Ousmane Zina, « Le scénario du triomphe de l’éléphant, ou la mise en place d’une action économique « post-crise » en Côte d’Ivoire »
    • François Enten, « Les chiffres et l’urgence alimentaire en Ethiopie »
    • Nadia Hachimi, « Le gouvernement économique du local au Maroc et la concaténation des durées »

Les Intervenants

Louise BARRE

Louise BARRE

Louise Barré a commencé une thèse sur les réformes familiales en Côte d'Ivoire entre 1950 et 1970 au LAM de Bordeaux. Cela m'a amené à interroger la mise en place de l'état civil obligatoire en AOF après 1950 car cette identification administrative implique une définition patriarcale, biologique et linéaire de la famille. Pour mieux comprendre les buts que servait l'établissement de l'état-civil, j'ai aussi dû explorer les tentatives concomitantes de dénombrement des populations entreprises par l'Etat colonial. Le croisement que j'effectue avec le développement du capitalisme en n'intervient pas uniquement dans ma thèse pour aborder le décompte démographique, mais il est aussi un aspect structurant de la tentative de transformation des intimités domestiques.

Jean-François BAYART

Jean-François BAYART

Spécialiste de sociologie historique comparée du politique, directeur de la chaire « Etudes africaines comparées » de l'Université Mohammed VI Polytechnique, et professeur au Graduate Institute de Genève.

Nicolas BELORGEY

Nicolas BELORGEY

est sociologue, chargé de recherche au CNRS. Diplômé de l'IEP de Paris, il a été économiste à la Banque de France pendant cinq ans. Agrégé de sciences sociales, il est l'auteur de L'Hôpital sous pression : enquête sur le "nouveau management public" (La Découverte, 2010) tiré de sa thèse de sociologie à l'EHESS. Il a publié une quarantaine d'articles dans des revues à comité de lecture et d'autres supports. Il travaille aujourd'hui à un nouveau livre, sur les transformations de l'Etat social en général.

Bérénice BON

Bérénice BON

Bérénice Bon est actuellement post doc à l’Université Technique de Darmstadt en Allemagne et coordinatrice d’une école doctorale spécialisée sur les infrastructures urbaines en Afrique de l’Est. Après une thèse portant sur la monétisation du foncier comme outil de développement de grandes infrastructures de transport dans les villes indiennes et à Hong Kong, ses recherches post doctorales cherchent à comprendre l’hybridation de ce modèle de politique publique au Kenya et en Tanzanie. Dans l’ensemble des terrains d’étude, la question du financement de l’urbanisation devient analyseur des modes de gouvernance et de leur dimension spatiale, du rôle politique des acteurs privés et du fonctionnement de grandes organisations publiques.

Dominique CONNAN

Dominique CONNAN

Dominique Connan est docteur en science politique de l'université Paris 1 (2014) et en histoire de l'Institut Universitaire Européen de Florence (2015). Ses recherches doctorales ont porté sur la sociabilité des élites au Kenya, de la période coloniale à nos jours et en particulier sur les clubs et les élites managériales et administratives qui les fréquentent. C'est dans le cadre de cette enquête ethnographique qu'il s'est d'abord intéressé à la planification "Vision 2030", alors qu'elle se trouvait promue dans ces lieux et sous diverses formes. Ses recherches post-doctorales, qui visent à saisir ce que recouvre la formation du secteur privé au Kenya, s'intéressent particulièrement au renouveau de cette planification, à sa profondeur historique, à ses effets dépolitisants mais aussi aux jeux de pouvoir qui s'y greffent et la portent.

Raphaël COTTIN

Raphaël COTTIN

Raphaël Cottin est doctorant en économie du développement à l’université Paris Dauphine (UMR DIAL). Il enseigne l’économie à Dauphine et à l’EGE Rabat. Ses recherches portent sur le lien entre couverture médicale et marché du travail dans les pays à revenu intermédiaire. Il est diplômé en Sciences Politiques de la Freie Universität de Berlin et en économie de Sciences Po Paris et de l’Université de Cambridge (UK). Avant de commencer sa thèse, il a travaillé dans un think tank Bruxellois et en tant qu’analyste au sein du Service Economique de l’Ambassade de France au Maroc. Il a participé en tant que consultant à l’évaluation du Régime d’Assistance Maladie pour le compte de l’Observatoire National du Développement Humain.

Noureddine EL AOUAFI

Noureddine EL AOUAFI

Noureddine El Aoufi est professeur d’économie à l’Université Mohammed V de Rabat et membre résident de l’Académie Hassan II des Sciences et Techniques. Il est par ailleurs :

Président de l’Association Marocaine de Sciences Economiques (AMSE).

Directeur du Laboratoire Economie du développement (LED)

Directeur des revues Critique économique, Revue Marocaine d’Economie et de Nahda (en langue arabe).

Ses travaux de recherche portent sur l’économie du développement, l’économie industrielle, l’économie du travail, l’économie des organisations, dans une perspective institutionnaliste.

 

Extrait de ses publications en langue française :

 

• Les inégalités réelles au Maroc. Une introduction (avec Said Hanchane), Editions Economie critique, Rabat, (à paraître).

• « Islam, institutions et développement », Revue Tiers-Monde, n° 212, octobre-décembre.

• Le Maroc solidaire. Un projet pour une société de confiance, Editions Economie critique, Rabat, 2011 (sous la direction de).

• « L’évolution économique du Maroc indépendant», in ouvrage collectif Histoire du Maroc, Institut Royal pour la Recherche sur l’histoire du Maroc, 2012.

• « Théorie de la régulation : la perspective oubliée du développement », Revue de la régulation [En ligne], n°6 | 2e semestre 2009, mis en ligne le 08 décembre 2009. URL : http://regulation.revues.org/index7641.html

• « Le rôle des croyances dans le processus du développement économique. Arguments pour une recherche », Actes de la session plénière solennelle 2008, Académie Hassan II des sciences et Techniques, Royaume du Maroc, 2009.

• Les jeunes, mode d’emploi. Chômage et employabilité au Maroc (2008), Economie critique, Rabat (avec M. Bensaid)

• L’agriculture marocaine à l’épreuve de la libéralisation (2008), Economie critique, Rabat (avec N. Akesbi et D. Benatya)

• Economie des organisations (2007), Editions Economie critique, Rabat/L’Harmattan, Paris (avec M. Bensaid et M. Hollard).

• Le dilemme de l’emploi au Maroc (1997), Annales Marocaines d’Economie, n° double 18/19, hiver- printemps (sous la direction de).

• « L’évolution du rapport salarial au Maroc en longue période » (1995), Mondes en Développement, n° 89/90, Tome 23.

• « Trajectoires nationales au Maghreb » (1995), in R. Boyer, Y. Saillard (éds), La Théorie de la Régulation. Etat des savoirs, Ed. La Découverte, Paris

• La Problématique des ressources humaines au Maghreb (1994), Publications du GERRH, Coll. «Colloques» 1, Rabat (en collaboration).

• La Régulation du rapport salarial au Maroc (1992), Editions de la faculté des Sciences Juridiques, Economiques et Sociales, Rabat, 2 Volumes.

• La Marocanisation (1990), Editons Toubkal, Casablanca.

Fritz EBOKO EKOKA

Fritz EBOKO EKOKA

Prof. Eboko Ekoka Fritz, 79ans Ingénieur Statisticien Economiste ISE
Ancien élève de l’ENSAE/CEESD Paris

Diplôme de l’Université d’Aix Marseille (IAE : Institut d’Administration des entreprises)
Diplôme de l’IDE/BIRD Washington DC/USA
Master en Mesure et Evaluation Université LAVAL (Québec/Canada)
PHD en Management Université LAVAL/Canada
Professeur d’économie et statistique ENS. Université de Yaoundé 1
Professeur des Méthodes de Recherche. Université Catholique d’Afrique Centrale, Yaoundé.
Economiste senior : Troisième plan quinquennal. MINPAT/MINEDUC. Yaoundé
Premier Directeur Camerounais Institut Supérieur de Management Public (ISMP Yaoundé Cameroun), associé à l’Ecole Nationale d’Administration Publique (ENAP) du Québec.

François ENTEN

François ENTEN

François Enten est actuellement responsable de l’animation scientifique au Gret (ONG française de développement). Diplômé d’un DEA de gestion des déchets (INSA-Lyon) et d’un DEA en anthropologie du développement (EHESS), il a exercé des années comme praticien au sein des organisations de l’aide internationale (Médecins Sans Frontières, Unicef). De façon indépendante, il a exploré des champs de recherche appliqués aux terrains d’interventions humanitaires, tels que la programmation des réponses institutionnelles aux épidémies des maladies hydriques ou aux crises alimentaires.

Vincent GERARD

Vincent GERARD

Depuis 1997, Vincent Gérard a écrit, réalisé et produit plusieurs films de fiction, documentaires, vidéos et installations. Il collabore régulièrement avec le cinéaste et musicien Cédric Laty, avec qui il est producteur et distributeur associé de la compagnie Lamplighter Films. Il est également commissaire d’exposition indépendant, enseigne le cinéma à l’ENSAPC (Ecole Nationale Supérieure d’Arts de Paris/Cergy) et mène « Le Séminaire Cinéma : Art dans Cinéma » à l’EESI Poitiers/Angoulême (École Européenne Supérieure de l’Image).

Filmographie complète

  • 120 visions du souvenir – Long-Métrage (en développement)

  • Territoires Illuminés – Court-Métrage (en développement)

  • Paris Summer – CM – 2016

  • Barthes – DOC coréalisé avec Cédric Laty et Bernard Marcadé – coauteur Camille Zéhenne – 2016

  • Le dernier cri Movie – LM – coauteur, Cédric Laty – (en tournage)

  • The Fisherman’s Whispers – LM – (en post-production)

  • L’Homme-Fumée, une aventure démocratique – LM – 2013/2016 – coauteur, Cédric Laty / sortie en salles en 2016 (France, Suisse) / la 1ère version du film reçu le Prix du public au Festival de la Roche sur Yon en 2013

  • Le plan social (Ep. 9/12 de la série : le travail ne rend pas libre) – CM – 2013 / « Le plan social » a été diffusé lors de l’exposition « Voir l’espace public » – La Fabrique du Regard / Le Bal (Paris) 2013

  • Catastrophe en méditerranée – CM – 2012 / Diffusion, Lamplighter Program #2

  • Jeux documentaires – DOC/ production et diffusion, Le Bal (Paris) – 2011 / Diffusion lors des journées : « Regards Croisés » – La Fabrique du Regard / Le Bal (Paris), éditions 2011 et 2012

  • Les doublons d’or (Pilote / Ep. 1) – coréalisé avec Cédric Laty – scénario V. Gérard – 2010 / inédit

  • Fusillade – essai – Moyen-Métrage – coauteur, Cédric Laty / inédit – 2009/2013

  • L’affaire du faux poisson – DOC TV (diffusions Alsace 20) – 2008/2009

  • By the ways, a journey with William Eggleston – LM – coauteur, Cédric Laty – 2007 / Sortie salles France 2007 & internationale, 2008/2009 / Ressortie France 2014, Suisse 2015 / Sélection de festivals et récompenses : Prix du jury, FIFA Montréal 2008 – World Competition, Sundance 2006 – Sélection Vita Brevis, IFFR 2006 –Prix IPJ Docs Lisboa 2005 – Prix Georges de Beauregard, FID Marseille 2005 / Sélection de programmations et de présence dans des collections d’institutions d’art et de cinéma : l’Elysée Museum, Lausanne – Whitney Museum, NYC – Getty Museum, Los Angeles – Académie des Beaux-Arts de Bruxelles – Cinémathèque de Bologne – Studio du Fresnoy, France – Louvres Paris, France…

Producteur / sélection des films récents et actuellement en production

  • Hélène Cixous, entretiens (titre provisoire) – DOC de Catherine Lobstein et Maria Chevska (en production)

  • Soundless Dance – LM de Raveendran Pradeepan (en tournage / coproducteur)

  • Urania Descending – LM de Tav Falco – 2015 (tournée internationale du film 2016/ coproducteur)

Take me to the water – CM de Nelson Bourrec Carter – 2013/2016 (en post production)

Nadia HACHIMI

Nadia HACHIMI

Journaliste de profession et spécialisée en économie politique. Sa thèse porte sur les modes de gouvernement au Maroc observés à une échelle locale.

Saïd HANCHANE

Saïd HANCHANE

Actuellement, Professeur d’Economie à l’EGE-UM6P. Ancien Directeur général, Instance Nationale d’Evaluation, Conseil Supérieur de l’Enseignement, Maroc. Il a été Directeur Central chargé de la Recherche à la Banque Centrale du Maroc (Bank Al Maghrib). Il a occupé le poste de Chercheur au Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS) en France (2001-2009), Affecté au LEST-UMR, Aix-en-Provence. Il a été ingénieur de recherche au Centre d’Études et de Recherche sur les Qualifications en France (1993-2001) tout en étant responsable du Département de l’éducation, l’emploi et croissance et membre du Comité de Direction de l’institut d ‘ Économie Publique (IDEP) à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales (1999-2005) Ses sujets de recherche. Les problématiques de développement et de l’évaluation des politiques publiques en termes d’efficience et/ou d’équité, ainsi que leurs dimensions micro-économétriques et macro-économétriques marquent la plupart des travaux de recherche de Saïd Hanchane. Il compte une soixantaine de publications sous la forme d’articles dans des revues internationales à comité de lecture et des contributions à des ouvrages.

Il a dirigé une dizaine de thèse qui ont été toutes soutenues dans les universités françaises et cordonné une série de rapports pour le Commissariat Général du Plan (CGP), le CEDEFOP, ETF, l’Union Européenne, le ministère de l’éducation et de la Recherche et le ministère de l’emploi et de la formation professionnelle de la République française, UNESCO, ONDH, IRES, CESE etc

Béatrice HIBOU

Béatrice HIBOU

Spécialiste d'économie politique et de sociologie historique; directrice de recherche au CNRS, CERI-Sciences Po Paris ; elle coordonne le séminaire "La semaine de la recherche"

Ayache KHELLAF

Ayache KHELLAF

Dr. Ayache KHELLAF a plus de 26 ans d'expérience dans la planification du développement économique et social, passés au Haut-commissariat au Plan (HCP) du Maroc. Plus particulièrement, il possède une expertise dans la construction de modèles économiques pour les études de prévisions et de simulations d’impact des politiques économiques. Il occupe aujourd’hui le poste de Directeur de la Prévision et de la Prospective au HCP et il est titulaire d'un Master of Science in Policy Economics (MSPE) et d'un Doctorat en économie, respectivement de l'Université de l'Illinois aux Etats-Unis et de Rabat au Maroc. Dr. KHELLAF est titulaire aussi d’un diplôme d’ingénieur en statistiques de l’Institut National de Statistiques et d’Economie Appliquée (INSEA) de Rabat. Il a une solide expérience dans l'enseignement et la recherche, ainsi qu’un haut niveau de praticien de la planification avec un certain nombre de papiers et de documents publiés par le HCP et divers autres organismes des Nations Unies comme le PNUD et de plusieurs réseaux de recherche économique comme l'ERF et le FEMISE.

Agnès LABROUSSE

Agnès LABROUSSE

Maîtresse de conférences en économie à l’université de Picardie Jules Verne et chargée d’enseignement à l’EHESS. Ses travaux portent notamment sur l’industrie pharmaceutique, l’économie des institutions et du développement et les questions méthodologiques.

Pierre-Louis MAYAUX

Pierre-Louis MAYAUX

Pierre-Louis Mayaux est chercheur au CIRAD, actuellement hébergé à l’EGE et membre du CRESC. Ses recherches portent sur les politiques de l’eau au Maroc dans une perspective comparée, en lien avec l’Amérique Latine et les autres pays du Maghreb. Il travaille au croisement de la sociologie de l’action publique et de la political ecology.

Après une thèse portant sur la privatisation des services d’eau en Amérique Latine (CERI, Sciences-Po), il s’intéresse désormais aux manières de gouverner les eaux souterraines et leur surexploitation, ainsi qu’aux politiques de développement des ressources en eau non conventionnelles (dessalement, eaux usées). Il est membre du Conseil scientifique de la Chaire « Eau pour Tous » d’AgroParisTech. Ses recherches l’amènent à se pencher sur l’articulation entre savoirs formalisés et savoirs pratiques dans la prévision, la gestion des risques et la régulation des conflits liés à l’eau.

Alfred Inis NDIAYE

Alfred Inis NDIAYE

Alfred Inis Ndiaye est professeur de sociologie à l’Université Gaston Berger de Saint-Louis du Sénégal et membre du Centre de Recherche sur les Politiques Sociales (Crepos) basé à Dakar. Ses principaux domaines d’investigation sont les relations professionnelles, les mouvements sociaux et les politiques sociales.

Abdelaziz NIHOU

Abdelaziz NIHOU

Chargé de mission à la Présidence du Gouvernement
Directeur de la Planification
Contribution aux travaux de réflexion prospective conduits par le Haut Commissariat au Plan Directeur du programme du suivi et l’évaluation de la concrétisation des OMD aux niveaux national et régional, et l’animation du débat national entre les parties prenantes sur l’avenir des OMD après 2015 ;
L’analyse et l’évaluation des stratégies de développement économiques et sociales…

Didier PECLARD

Didier PECLARD

Didier Péclard est maître d’enseignement et de recherches en sciences politiques et directeur du master en études africaines au Global Studies Institute de l’Université de Genève. Titulaire d’un doctorat de Sciences Po Paris (2005), il a travaillé à l’Université de Bâle et à la Fondation suisse pour la paix (swisspeace), dont il a dirigé le domaine ‘États et conflits’. En 2012-2013, il a été chercheur invité à l’Université du Michigan, Ann Arbor. Il est co-rédacteur en chef de la revue Politique africaine depuis juin 2013. Ses recherches portent sur les liens entre religion et politique, sur le nationalisme et sur guerre et formation de l’État en Afrique. En 2015, il a publié Les incertitudes de la nation en Angola. Aux racines sociales de l’Unita aux éditions Karthala. Ses publications incluent également Embroiled. Swiss Churches, Apartheid & South Africa (avec C. Jeannerat et E. Morier-Genoud, Lit, 2011) et Negotiating Statehood. Dynamics of Power and Domination in Africa (avec T. Hagmann, Wiley-Blackwell, 2011).

Alexis ROY

Alexis ROY

Docteur en anthropologie sociale, mène depuis près de quinze ans des recherches sur la ruralité en Afrique de l’Ouest (Burkina Faso, Mali). Il l’a étudié sous de nombreux aspects : la décentralisation et l’articulation des pouvoirs locaux, les conflits fonciers en zone péri-urbaine, le syndicalisme agricole, la filière cotonnière malienne, les rapports entre acteurs des politiques de sécurité alimentaire. Sa communication dans le cadre de cette « Semaine de la recherche » s’inscrit dans ses travaux sur l’histoire des politiques de développement rural au Mali. Le premier plan quinquennal du Mali indépendant, élaboré principalement par Samir Amin, affichait de grandes ambitions en matières de développement agricole. Toutefois, le bilan plutôt négatif de ce plan est symptomatique de l’échec du projet fondamental qu’il devait porter, la rupture vers le socialisme.

Robert SALAIS

Robert SALAIS

Economiste et ancien administrateur de l’INSEE, spécialiste des questions du travail et de l’emploi, membre de l’UMR IDHES « Institutions et Dynamiques Historiques de l’Economie et de la Société ».

Robert Salais est l’un des fondateurs de l’économie des conventions. L’économie des conventions se distingue tant de l’école de la régulation que des théories du marché en mettant au centre l’analyse de la coordination ainsi que la pluralité de ses formes. Depuis quelques années, il travaille sur la critique des méthodes de gouvernance fondées sur le pilotage des politiques publiques par des indicateurs de performance (New Public Management ou méthode ouverte de coordination développée par l’Europe) et rencontre ainsi le thème de la quantification.

A lire, parmi ses travaux :

  • L’invention du chômage, avec Nicolas Baverez et Bénédicte Reynaud, Paris, Presses Universitaires de France, 1986 (réédition 1999)

  • Les mondes de production. Enquête sur l’identité économique de la France, avec Michael Storper, Paris, Editions de l’EHESS, 1993 (édition en anglais, 1997, Harvard University Press, Worlds of Production. The Action Frameworks of the Economy)

  • Institutions et conventions. La réflexivité de l’action économique, codirection avec Elisabeth Chatel et Dorothée Rivaud-Danset, Paris, Editions de l’EHESS, 1998

  • Le viol d’Europe. Enquête sur la disparition d’une idée, Paris, Presses Universitaires de France, 2013

  • "On the correct (and incorrect) use of indicators in public action", Comparative Labor Law & Policy Journal, Winter, 2006, vol. 27, 2, pp. 237-257

  • "Europe and the Deconstruction of the Category 'Unemployment'", Archiv für Sozialgeschichte, 2007, 47 (Thema "Der Sozialstaat in der Krise. Deutschland im internationalen Vergleich"), pp. 371-405

  • “Capacités, base informationnelle et démocratie délibérative. Le (contre-) exemple de l’action publique européenne », in De Munck, J. et B. Zimmermann, s. dir., 2008, La liberté au prisme des capacités. Amartya Sen au-delà du libéralisme, Paris, Editions de l’EHESS (Raisons pratiques 18), p. 297-329

  • « La donnée n’est pas un donné. Pour une analyse critique de l’évaluation chiffrée de la performance », Revue française d’administration publique, 2010, 3, n° 135, pp. 497-515

  • « Revisiter la question de l’Etat à propos de la crise de l’Europe. Etat extérieur, absent, situé », Revue française de socio-économie, 2015, 2nd semestre, Hors série, pp. 245-262

  • Quantification and Objectivity. From Statistical Conventions to Social Conventions” in R. Diaz-Bone and E. Didier, s. dir., 2015, Historical Social Research (HSR), Special issue “Conventions and Quantification. Transdisciplinary Perspectives on Statistics and Classification”, 2015, 41 (2), pp. 118-134

Boris SAMUEL

Boris SAMUEL

chercheur à la Chaire d’études africaines comparées de l’EGE. Ses projets de recherche actuels portent sur la « vie chère » au Maroc, ainsi que sur les nouvelles figures de planification en Afrique.

Daniel SPEICH CHASSé

Daniel SPEICH CHASSé

Daniel Speich Chassé is a professor in modern history at the University of Lucerne, Switzerland. His research focusses on economic history, environmental history, and global history. His main interest is in the role of knowledge in governmental practice in the age of decolonization. Important publications are: Camila Moreno, Lili Fuhr and Daniel Speich Chassé: Carbon Metrics. Global abstractions and ecological epistemicide. With an introduction by Wolfgang Sachs, Heinrich Böll Stiftung Series Ecology Vol. 42, Berlin: Heinrich Böll Stiftung 2015; Daniel Speich Chassé: The Roots of the Millennium Development Goals. A framework for studying the history of global statistics, in: Historical Social Research 41, 2016, 2, S. 218-237; Daniel Speich Chassé: Towards a global history of the Marshall Plan. European post-war reconstruction and the rise of development economic expertise, in: Nützenadel, Alexander und Christian Grabas (Hg.): Industrial Policy in Europe after 1945. Wealth, Power and Economic Development in the Cold War, Basingstoke: Palgrave Macmillan 2014, S. 187-212.

Mohamed TOZY

Mohamed TOZY

Politiste; professeur des Universités; directeur de EGE, en charge de la Faculté de Gouvernance, sciences économiques et sociales.

Ousmane ZINA

Ousmane ZINA

Enseignant-chercheur à l'Université Alassane Ouattara de Bouaké en Côte d'Ivoire (Faculté de droit, Département de sciences politiques). Il est également chercheur associé à la Chaire UNESCO de Bioéthique de l’Université Alassane Ouattara de Bouaké. Ses recherches portent sur l’économie politique des conflits armés et de la reconstruction post-conflit, les processus de démocratisation et de construction de l’Etat en Afrique. Ses dernières publications portent sur l’autonomie dans la transition humanitaire ivoirienne et l’économie politique de la justice transitionnelle en Côte d’Ivoire. Dans le cadre de ses travaux, Ousmane ZINA a effectué des séjours de recherche dans différentes universités : Université de Genève, Institut des Hautes Etudes Internationales et de Développement de Genève (IHEID, Université Catholique Louvain (UCL), Université de Liège.

Mustapha ZIROILI

Mustapha ZIROILI

Mustapha Ziroili est économiste et doctorant au Laboratoire d’Economie et de Sociologie du Travail (CNRS et Aix-Marseille Université). Il travaille sur les questions liées aux marché du travail, l’économie informelle, la pauvreté et les inégalités.

BIBLIOGRAPHIE

  • Louise Barré, « Du décompte démographique à l’estimation statistique : comment l’Etat ivoirien a cessé de compter ses citoyens (1949-1965) ? » Laboratoire des Afriques dans le Monde
  • Nicolas Belorgey, « Pourquoi attend-on aux urgences ? », Travail et Emploi [En ligne], 133 | janvier-mars 2013, mis en ligne le 01 janvier 2015, consulté le 27 juin 2013.
  • Nicolas Belorgey, « Réduire le temps d'attente et de passage aux urgences » Une entreprise de « réforme » d'un service public et ses effets sociaux, Actes de la recherche en sciences sociales, 2011/4 n° 189, p. 16-33. DOI : 10.3917/arss.189.0016
  • Bérénice Bon, « A new megaproject model and a new funding model. Travelling concepts and local adaptations around the Delhi metro » , Article in Habitat International 45 · July 2014
  • Dominique Connan, “Une réinvention de la différence élitaire. Un Rotary Club dans le Kenya de Mwai Kibaki”, Critique internationale, n°73, octobre-décembre 2016
  • Chassé, Daniel Speich. “The Roots of the Millennium Development Goals: A Framework for Studying the History of Global Statistics.” Historical Social Research / Historische Sozialforschung, vol. 41, no. 2 (156), 2016, pp. 218–237
  • Enten François, « Du bon usage des systèmes d'alerte précoce en régime autoritaire. Le cas de l'Éthiopie», Politique africaine 3/2010 (N° 119) , p. 43-62
  • Nadia Hachimi Alaoui, « Un « moment » pour faire. Le plan de développement 2015-2020 du Grand Casablanca », in B. Hibou en collaboration avec I. Bono, «Conflicts of development », International Development Policy, 8, 2016 ( Genève, Graduate Institute). A paraître Janvier 2017.
  • Agnès Labrousse, « Apprendre des expérimentations aléatoires. Promesse de scientificité, complications pratiques, expériences historiques », La Vie des idées , 4 mars 2016
  • Agnès Labrousse, « Nouvelle économie du développement et essais cliniques randomisés : une mise en perspective d’un outil de preuve et de gouvernement », Revue de la régulation 1er semestre / Spring 2010, mis en ligne le 29 novembre 2010, consulté le 09 novembre 2016.
  • Jean-Paul Moatti, Bruno Ventelou, « Économie de la santé dans les pays en développement des paradigmes en mutation », Revue économique 2009/2 (Vol. 60), p. 241-256.
  • Robert Salais, « Quantification and Objectivity. From Statistical Conventions to Social Conventions. » Leibniz Institute for the Social Sciences, p.11841-256.
  • Robert Salais, « La donnée n'est pas un donné » Pour une analyse critique de l'évaluation chiffrée de la performance, Revue française d'administration publique, 2010/3 n° 135, p. 497-515. DOI : 10.3917/rfap.135.0497
  • Ousmane Zina, Economie politique de la justice transitionnelle en Côte d’Ivoire, Introduction

Un événement de :