La fabrique de l’ingénieur agronome

Retour aux livres

Ahmed ARRIF

La fabrique de l’ingénieur agronome

Editions la croisée des chemins 2015

Ahmed Arrif nous introduit par cette recherche ethno-sociologique dans le quotidien de l’Institut agronomique et vétérinaire Hassan II (INAV) à travers une ethnographie du processus de socialisation de l’ingénieur agronome. Pratiques pédagogiques, vie sociale et culturelle dans l’Institut, à l’internat ou en immersion en milieu rural, formes de sociabilités, rapports à l’autorité, rituels estudiantins d’institution, bizutage, socialisation politique, stages de ruralisme, examens… forment une trame riche d’observations et d’analyse de la fabrique d’une élite. Une élite dont la mission est de transformer les manières de penser et d’agir constitutives de la condition paysanne. A. Arrif porte son interrogation sur les modes par lesquels l’INAV retraduit à sa manière les éléments du système de valeur constitutif du projet politique et social dits de « développement », de « modernisation » ou de « progrès » destinés au monde rural. Cette recherche postcoloniale se situe aux frontières de plusieurs disciplines — sociologie, science politique, ethnologie — pour mieux nous restituer les pratiques pédagogiques et sociales à l’œuvre dans la socialisation des élèves-ingénieurs en agriculture. Elle s’attache à déconstruire le processus de modernisation au cœur du projet étatique de conversion du fellah (paysan) à l’agri- culture moderne et capitaliste. Restée longtemps inaccessible, la publication trente ans après de la thèse d’Ahmed Arrif garde aujourd’hui son actualité et permet d’enrichir le débat et la réflexion sur l’enseignement supérieur et la formation des cadres au Maroc. Elle participe de la mémoire de la construction des sciences sociales postcoloniales au Maroc.