Fables d’archives. Effacement, oubli, infidélité

Retour aux livres

Abdelmajid Arrif

Fables d’archives. Effacement, oubli, infidélité

Editions la croisée des chemins 2015

Fables d’archives explore la fiction qui habite notre rapport au temps et la performance du récit pour en prolonger le lien avec notre passé. Une poétique de la précarité de l’existence, de ses traces, de ses ruptures nourrissant de grands récits de permanences, de fidélité aux origines —lesquelles?— constitutives de nos identités inquiètes, pétries d’histoires, saturées de mémoires, animées de rêves de devenirs… dans la brûlure des questions du présent.

Fables d’archives est une variation sur les relations entre mémoire et oubli, traces et effacements, fidélité et infidélité qui habitent les questions d’archives, de politique de la mémoire et d’institution des traces. « Fables » rappelle la part de fiction portée par nos attentes déléguées à l’institution de l’Archive.

Quelque chose de l’ordre de la réparation habite la quête sociale, scientifique et institutionnelle et investit le champ archivistique et mémoriel en discours, actions, programmes et célébrations. Mais ce qui importe, c’est moins la trace ou l’archive que l’événement qui les convoque et les ramène au présent.

Archives, bibliothèques, livres, institutions, associations, nouveaux territoires numériques… sont animés d’une prodigieuse énergie à organiser l’oubli et l’exclusion de pans entiers de nos restes et de performer le récit d’un horizon fabuleux de l’archive sans horizon.