Le CRESC co-organise la 7ème session du réseau international des écoles doctorales

Retour aux actualitès

La 7ème session du RéDoc (Réseau international d’Ecoles doctorales en sociologie/sciences sociales) de l’Association internationale des sociologues de langue française (AISLF), se tiendra à Marrakech du 21 au 25 Mars 2016 sous le thème « la sociologie au défi de la transformation du lien social ». Le CRESC ainsi que le CM2S (Aïn Chok-Casablanca) sont les partenaires de cet évènement scientifique.

L’objectif de cette Université de Printemps est de contribuer à faire du Maroc un point de passage des réseaux scientifiques internationaux dans la recherche sur les dynamiques sociétales en Afrique et une terre de rencontres entre chercheurs junior et senior du Sud, du Nord produisant des travaux internationalement reconnus sur des thématiques de recherche structurantes pour le champs académique.

Le thème : « la sociologie au défi de la transformation du lien social »

La sociologie est confrontée aux changements qui concernent les nouvelles formes d’organisations sociales, les nouveaux rapports sociaux, suscités par l’avènement du virtuel et du numérique, et les méthodes de collectes et d’analyse qui en dépendent. Il est par conséquent salutaire dans cette période de mutations rapides et intenses, d’interroger les anciennes méthodes et ces nouveaux objets et de renouveler les modes de questionnement par-delà les partis pris holistes ou individualistes, quantitativistes ou qualitatifs.

Si des débats autour de la stratification, l’intégration et l’anomie ont toujours intéressé les sociologues, il n’en demeure pas moins que les analyses autour du lien social constituent l’épine dorsale de la discipline. Or, cet objet privilégié est, de loin, le plus perturbé par les mutations en cours. La diversification des liens constitutifs des sociabilités qui se trouvent au fondement du « corps social » ne peut plus s’appréhender uniquement à travers des indicateurs morphologiques tels que l’habitat, la famille, etc. Des mutations profondes aussi bien technologiques, médicales que philosophiques ont bouleversé les unités primaires telles que la famille, le lignage, la tribu, construites autour de principes biologiques, ethniques voire spatiaux.

Les débats actuels autour de réseaux sociaux et du réseau virtuel laissent entrevoir toute la complexité du problème de la nature du lien, ses manifestations empiriques, sa temporalité et son rapport à l’action, la mobilisation ou la production de l’identité. Ils nous interpellent au fur et à mesure que ces réseaux se développent à une vitesse extraordinaire. Dans quelle mesure ces réseaux créent-ils véritablement du lien social ? Les constats actuels autour de la relation entre les mouvements de revendication et de contestation et le développement des réseaux sociaux posent également la question du passage du « virtuel » au « réel » et de la nature du lien qui en découle.

Ces objets nouveaux -structurés autour de liens éphémères- ne peuvent pas être appréhendés uniquement par une réinvention de la tradition en imaginant le tribalisme là où il ne peut exister, en transférant sans crainte l’anachronisme et en forçant l’analogie entre des formes de ritualisation et de sociabilité actuelle avec celles du passé.

Télécharger le programme