Entre glamour et politique: une approche comparative de l’étude de la production audiovisuelle africaine subsaharienne

Lundi 17 novembre 2014

Séminaire de la Chaire

Entre glamour et politique: une approche comparative de l’étude de la production audiovisuelle africaine subsaharienne par Alessandro Jedlowski (Université de Liège)
Retour

Grâce à l’introduction des technologies digitales et à l’impact des transformations économiques et politiques régionales récentes, au cours des deux dernières décennies, plusieurs pays d’Afrique subsaharienne ont vécu une explosion de la production audiovisuelle indépendante sans précédents. Il s’agit souvent d’une production à très bas coût capable, grâce au mélange de formules narratives et esthétiques faciles d’accès et des thématiques proches du vécu quotidien des classes populaires, de générer un véritable engouement chez les publics locaux. Un tel succès a attiré, au cours des dernières années, l’intérêt (et parfois l’inquiétude) des classes politiques locales; il a généré des ambitions (parfois démesurées) de la part des entrepreneurs de l’audiovisuel locaux et internationaux; et a participé à l’émergence de toute une série de nouvelles figures de la réussite (en tant qu’acteur, réalisateur, producteur, et autre) chez la jeunesse urbaine, souvent marginalisée et aux taux de chômage important. Alessandro Jedlowski reviendra sur ce phénomène aux multiples facettes, objet de sa recherche doctorale qui a analysé le fonctionnement économique et politique de l’industrie cinématographique nigériane (Nollywood).

Alessandro Jedlowski est chercheur post-doc Marie Curie/Cofund en anthropologie culturelle et des médias au Laboratoire d’Anthropologie sociale et culturelle de l’université de Liège (Belgique). Au cours des dernières années, sa recherche s’est concentrée sur l’analyse des aspects économiques et politiques de la production cinématographique au Nigeria et, plus récemment, en Ethiopie et en Côte d’Ivoire. Il a publié de nombreux articles sur des revues internationales et dans des ouvrages collectifs, dont “Small screen cinema: Informality and remediation in Nollywood” (Journal of Television and New Media, 2012) et “Nigerian videos in the global arena: The postcolonial exotic revisited” (The Global South, 2013).