Comparer les salafismes. Regards croisés Sénégal/Maghreb

18 février 2016

Rencontre de la Chaire

Comparer les salafismes. Regards croisés Sénégal/Maghreb par Ismael Moya, Mohamed Tozy et Mohamed Mouaquit
Retour

Evénement conjoint CRESC et Chaire d’Etudes Africaines Comparées

18 février, 15h-18h

  • Ismaël Moya (CNRS-LESC): Le radicalisme à la peine. Individualisme, valeurs et socialité urbaine à Dakar

 

  • Mohamed Tozy (CRESC-Rabat et CHERPA-Aix en Provence): Les enchaînements paradoxaux de l’histoire du salafisme au Maghreb: instrumentalisation politique et actions de sécularisation

 

Débat animé par Mohamed Mouaquit.

Ismaël Moya est un ancien économiste, converti à l’anthropologie par son travail de terrain de longue durée dans un quartier populaire de la banlieue de Dakar. Il est chercheur au CNRS dans le Laboratoire d’Ethnologie et de Sociologie Comparative. Il enseigne à l’université de Nanterre, l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales et l’Université Royale des Beaux Arts de Phnom Penh. Ses travaux portent actuellement sur le genre, les hiérarchies sociales, les formes de la représentation et le réformisme islamique à Dakar. Il a récemment publié « Unavowed value. Economy, comparison, and hierarchy in Dakar. » et codirigé  Comparison made radical dans HAU, journal of ethnographic theory, 2015, 5(1). Deux ouvrages vont paraître cette année : De l’argent aux valeurs. Economie, genre et islam à Dakar (Société  d’Ethnologie) et L’impuissance de la valeur (codirigé aux éditions du CNRS).

Mohamed Tozy est professeur des universités au Maroc et en France et chercheur au CRESC (EGE-UM6P-Rabat) et au CHERPA (Aix-en-Provence). Il travaille sur l’islam politique et la trajectoire de l’Etat au Maroc mais aussi de façon comparative, notamment sur des terrains maghrébins. Sur le thème de la conférence, il a notamment publié Monarchie et islam politique au Maroc (Paris, Presses de la FNSP, 1998); L’Islam au quotidien avec Mohamed El Ayadi et Hassan Rachik (Casablanca, Prologues, 2007 et Croisée des chemins, 2013); L’Etat d’injustice au Maghreb, avec Irene Bono, Béatrice Hibou et Hamza Meddeb (Paris, Karthala, 2015).

Mohamed Mouaquit est docteur d’Etat en Sciences Politiques de l’Université Paris II. France. Il est actuellement professeur de sciences politiques à la Faculté des sciences juridiques, économiques et sociales. Université Hassan II de Casablanca ; les travaux de Mohammed Mouaqit traitent de la problématique de la sécularisation, étudiée à travers l’évolution du politique et du juridique, et de la problématique du changement politique.