Journée d’études

Le 28 octobre 2016 (10h-13h)

Le Moyen Âge africain et ses sources écrites

Journée d’études par François-Xavier Fauvelle, Shamil Jeppie, Adrien Delmas
Retour

10h00-13h00

François-Xavier Fauvelle (CNRS, Université Toulouse Jean Jaurès) : Le Moyen Âge africain sous le régime documentaire de l’écrit et de l’archéologie

Shamil Jeppie (Université de Cape Town) : Le papier et ses acteurs en Afrique

Adrien Delmas (IMAF, Université Paris 1) : Lectures portugaises d’écrits africains au XVIe siècle : la chronique de Kilwa

Le terme d’histoire médiévale appliqué à l’Afrique subsaharienne revient régulièrement sur le devant de la scène, comme récemment encore dans le sous-titre du Rhinocéros d’Or de François-Xavier Fauvelle (2013). Mais l’histoire de l’Afrique au sud du Sahara entre les XIe  et XVIIe siècles n’a cessé de faire l’objet de révisions, voire de re-nominations depuis des décennies. Iron Age pour les uns, histoire précoloniale pour les autres, ces siècles continuent de scinder largement les disciplines et les interprétations, parfois arbitrairement. Le programme ANR Globafrica, débuté en 2015, entend, en rassemblant un certain nombre d’études de cas sur tout le continent, mettre à plat les différents registres qui s’offrent à l’historien du Moyen Age africain – matériels, textuels ou biologiques – et les faire entrer en conversation chaque fois qu’elle s’avère possible.

La journée d’études organisée par la chaire d’Études africaines comparées de l’Université Mohammed VI Polytechnique se penchera tout particulièrement sur les sources dites écrites. Inscriptions, chroniques ou récits de voyageurs méritent en effet d’être reconsidérés sous l’angle des pratiques philologiques dont ils sont issus et des conditions matérielles qui les ont rendus possibles, notamment la circulation du papier. Il s’agira de montrer combien ces sources trop souvent négligées, par une approche renouvelée de l’écrit, peuvent redevenir des portes d’entrée sans pareil pour l’histoire médiévale africaine.

En partenariat avec l’ANR « Globafrica », l’IFAS (Institut Français d’Afrique du Sud), et le Centre Jacques Berque.